2.5.07

Réfutations: Pourquoi faut-il voter contre Sarkozy et pour Royal


J'ai voté François Bayrou au premier tour. Homme de 'droite' selon certains, et homme de 'gauche' selon d'autres, Bayrou a la parole posée, la pensée claire, et la parole et la pensée liées toutes les deux par une éthique qui transparaît dans la cohérence du personnage et de son programme, en plus d'être un visionnaire de la politique. La France a raté une chance, pas unique car j'espère que cette chance reviendra en force en 2012, mais une chance tout de même à un tournant de son histoire. Pour prendre le virage, parmi tous les candidats, personne d'autre que Bayrou ne pouvait mieux le faire et personne d'autre que Bayrou ne pouvait mieux battre Sarkozy. Seulement voilà, les français se sont révélés visiblement incapables de comprendre la nouvelle donne politique que leur proposait Bayrou car pour la comprendre ils devaient changer de grille de lecture et d'interprétation du monde qui les entoure. Bayrou a formidablement bien fait son travail pour faire connaître son projet mais la machine médiatique qui assiège et encadre les esprits jour et nuit n'avait visiblement pas voulu relayer le message de Bayrou, ou tout au moins, pas voulu le comprendre pour pouvoir le relayer. Cela a donné des aberrations du genre de l'éditorial que Jean-Marie Colombani a publié quelques jours avant le premier tour proclamant la démocratie, selon sa grille d'interprétation, comme le jeu des opposés. M. Colombani avait oublié que le jeu des opposés relève plutôt d'un excercice réthorique et non pas de la pratique politique sur le terrain dans un contexte de contraintes et d'urgences sociales et économiques.

Et puis il y a eu, après la déception du premier tour de ne pas voir Bayrou qualifié pour le second, la formidable ouverture de Bayrou vers les deux candidats. A cette ouverture, seule Ségolène Royal a répondu, Nicolas Sarkozy préférant se tenir à distance lorgnant sur les électeurs de Bayrou mais en même temps refusant tout débat et discréditant par ce refus la position centriste de Bayrou. Lors de son débat avec Royal, Bayrou a, non seulement révélé le meilleur de lui-même, l'homme politique du compromis et du consensus oeuvrant pour l'ntérêt des Français avant toute chose, mais amené aussi Ségolène Royal, en toute confiance et sans agressivité, à se révéler et à préciser son projet pour les Français. De ce débat est sortie, à mon avis, une synthèse, celle d'un souci commun d'accomplir des réformes économiques et institutionnelles dans un climat de paix sociale. Après le débat, j'ai décidé de voter pour Ségolène Royal car elle m'a donné l'impression d'une ouverture possible vers le centre et d'une absence de dogmatisme, dans une perspective de progrès conjugué à un attachement aux valeurs fondamentales de la France.

Et puis il y a eu l'appel de la Ligue des Droits de l'Homme à voter pour Ségolène Royal. Je n'avais pas besoin de cet appel pour me convaincre que Sarkozy était dangereux pour la démocratie. J'avais déjà enchaîné sur mon blog article après article attirant l'attention sur l'idéologie anti société civile du candidat Sarkozy.
Sarkozy et la sociobiologie.
Sarkozy et les médias: article 1, article 2.
Mon interprétation de la charge de sarkozy contre mai 68.

J'ai décidé qu'au deuxième tour, je devais faire mon devoir de citoyenne, voter contre Nicolas Sarkozy. Voter contre Nicolas sarkozy c'est ni voter blanc ni s'abstenir, c'est voter Ségolène Royal. Je crois que des hommes politiques amoraux comme sarkozy sont élus quand l'état arrive à un certain degré de décomposition et que les citoyens croient qu'en secouant la baraque ils vont se sortir du marasme et de la décomposition...

Et ce film 'Réfutations' réalisé par Thomas Lacoste avec des militants de la société civile, chercheurs, magistrats, sociologues, qui nous détaillent le programme de Sarkozy et ses implications sur la société civile et l'état.
Réfutations 1: Démocratie, Travail et Retraites: Pourquoi Sarkozy est un danger pour la démocratie ? Il dit en même temps une chose et son contraire. La question de la vérité ne se pose plus et on ne peut pas lui demander de rendre des comptes. Il échappe aux critères démocratiques du débat. Il crée de la confusion, un désordre pour la démocratie, il n' y aura plus de débat rationnel. C'est sur les fondements mêmes de la démocratie qu'il y a un danger à élire Sarkozy car il évacue la raison de la politique. La droite que nous amène sarkozy est réactionnaire, haineuse, celle qui dresse les classes sociales les unes contre les autres comme Bush et Berlusconi l'ont fait. Il a une vision réactionnaire de la société. Il veut faire travailler les gens plus longtemps pour accéder à la retraite. Qui peut r^ver parmi nos jeunes aujourd'hui de pouvoir cotiser pour 40 ans? Sarkozy veut réduire les effectifs dans l'administration de l'état, profs, enseignants, employés dans les services hospitaliers, et augmenter par conséquent les frais que doivent payer les Français pour ces services. Sa politique n'est pas pragmatique, elle est dogmatique et elle va généraliser la précarité et aggraver la situation de l'emploi.


Réfutations 2: Système de santé, École, Recherche, Culture
La réforme du système de santé que Sarkozy veut faire fut entamée par l'UMP avec Douste Blazy et Fillon. Elle est idéologique et potentiellement dangereuse pour le système de santé français qui est, ne l'oublions pas, issu du conseil national de la résistance. En matière d'éducation, il y a chez sarkozy absence de toute ambition pour l'école et la jeunesse, c'est une rupture historique, surtout pour un candidat de droite. Il a une vision libérale et réactionnaire de l'école soumise à la logique de la rentabilité, l'exemple en est la supression de la carte scolaire, la sélection à l'entrée de l'université...Pour lui, l'école est faite pour les élites. Par ailleurs, l'UMP s'est opposé aux conclusions de 'Sauvons La Recherche'. Sarkozy veut supprimer le CNRS (Centre national de la Recherche Scientifique), il ne supporte pas l'indépendance des chercheurs. Il a la conviction que la recherche doit être guidée par le profit maximum et à court terme. Pour la culutre, Sarkozy veut arrimer la culture aux médias. Il veut offrir la production culturelle française à ses copains, les grands barons des médias; c'est une mercantilisation des arts et non pas une aide à la création artistique. L'enjeu principal en sera la possibilité pour une parole minoritaire et une forme minoritaire de culture et d'art de trouver un espace d'expression.


Réfutations 3: Banlieues, Resf, Immigration, Femmes
Sarkozy a un discours colonial sur la mission civilisatrice des puissances coloniales. Il qualifie de 'Dette imaginaire' de la France envers ses anciennes colonies les demandes de réparation des noirs, des anciens escalves et des citoyens des anciennes colonies. Il dit que leurs habitants, au lieu de travailler, préfèrent demander de l'argent à l'état Français. L'immigration est responsable de tout pour lui qui a récupéré le discours du FN. Sarkozy est fier des expulsions des sans papiers, mais ce sont des vies sacrifiées. Raffles et assignation à la police d'objectifs chiffrés de reconduite à la frontière y compris les enfants (dont l'expulsion est illégale). Interpellation des immigrés illégaux dans les hôpitaux, y compris dans le bloc opératoire. Sarkozy est partisan de l'Europe forteresse. L'Europe sous traite déjà la protection de ses frontières à des pays prériphériques en payant des pays comme le Maroc et la Lybie pour refouler des candidats à l'immigration. L'intérêt de sarkozy pour les femmes martyrisées étrangères n'est pas seulement purement électoral mais il lui sert à détourner le regard des français femmes françaises travailleuses opprimées et maltraitées. Cet intérêt permet de hiérarchiser les souffrances, en fin de compte les femmes en France ne sont pas si mal que cela d'après Sarkozy.


Réfutations 4: Justice, Institutions, Bushismes, Politique Internationale
La magistrature est sous la protection de la présidence de la république en France, elle n'a pas de statut indépendant et de pouvoir comme les pouvoirs législatif et exécutif. Depuis 2002, le gouvernment a passé outre l'avis du conseil de la magistrature pour les nominations de magistrats. Sarkozy a fait de la magistrature un bras armé, un prolongement de la police. Il tente une vassalisation de la justice et s'il devient président on peut dire adieu à l'indépendance de la justice. Sarkozy s'est assez peu intéressé aux questions constitutionnelles pour des raisons tactiques. Il a fait des débats stériles sur la proportionnelle, qui n'ont été finalement qu'un appel du pieds au FN. Il veut augmenter les pouvoirs du président de la république. Il veut parler devant le parlement en tant que président, ce qui ne s'est jamais fait et est interdit par la loi. Il y a un large consensus entre la gauche et les centristes sur les réformes institutionnelles et il faut voter Ségolène Royal, compter sur ce consensus, pour sauver les institutions et bloquer la mainmaise de Sarkozy sur l'ensemble des appareils de l'état. C'est un enjeu de morale politique que Sarkozy veut mettre à mal. Sarkozy a une admiration idéologique pour Bush. Il a le dos tourné à l'Europe et la main tendue vers les US. Il est atlantiste dans le sens militaire. Avec une telle politique ultra-atlantiste, l'Europe sera affaiblie et inféodée à l'OTAN. Sa politique est ultra pro-Israélienne. Il a déjà diabolisé un grand pan du monde arabe et islamique et il va balayer le droit international. Les mots clés de sa politique étrangère sont: domination, provocation, unilatéralisme. Il a une ligne politique de libéralisation économique pour l'Europe, sans consultation des instances nationales, et une volonté de durcissement des lignes d'affrontement avec la Russie et le monde Arabe.


Gérard Miller analyse Sarkozy. Enjoy !

Il y a aussi Sarkozy et moi: A un journaliste qui lui demandait et insistait pourquoi il n'allait pas dans les territoires occupés lors de sa visite en Israel, Sarkozy lui répond 'Rappelez-moi votre prénom?' alors qu'il le connaît mais c'était la manière Sarko de faire taire le journaliste en lui rappelant que sa question est motivée par son appartenance Arabe, le prénom du journaliste est Karim (Rissouli).

1 comment:

Louis said...

J'ai trouvé ce débat très intéressant, de mon point de vue de Québécois. Ici ce type de débat très intellectualisé n'aurait jamais pu avoir lieu; les échanges sont moins civilisés et on semble avoir peur de confondre les gens avec des mots qu'ils ne comprennent pas. J'ai bien aimé la performance de Royal.

Si cela vous intéresse, j'ai écrit un texte à ce sujet sur mon blogue.

 
Since March 29th 2006