11.4.07

The Hezbollah between USraeli sponsored anti-guerilla and national and regional dialogues

The political situation in Lebanon is in a dead end. The Sanyura government supported by the Bush administration is refusing any internal dialogue with its opponents, which are a majority in Lebanon and include Hezbollah, Amal and the Free patriotic movement. Arguing that Hezbollah is a terrorist organisation holding allegiances to Iran and Syria, the Bush administration has undermined any solution to the Lebanese dead end and is actively promoting confrontation by literally arming the anti-Hezbollah Samir Gea'gea's militia, the security apparatus of Sanyura's puppet government, which doubled in a matter of months reaching 24000 men, and by tolerating the activity of openly islamist sunni extremist organisations in Lebanon. The last bombing of two passengers buses in the Lebanese mountain at 'Ayn 'Alaq had the signature of sunni extremists. Read the April report of the International Crisis Group, page 11.
The opposition to the Sanyura government has entered its fifth month of standoff with no solution in sight despite some attempts (not genuine in my opinion) from the Saudis to come up with a proposal. Initially, the opposition has asked for an extension of the Sanyura government into a national unity government to include ministers from the Christian Free Patriotic Movement. As their pacifist demand was ignored, they have now one outcome, the ballot box. But even here, the Sanyura government seems to be reluctant to agree on early elections and is afraid of losing its grip on power.

It is in this tense climate that Hassan Nasrallah gave Alain Gresh the following interview translated by the author of this blog.

Meeting and interviewing Hassan Nasrallah, leader of the most important party in Lebanon, is not an easy task. Even though Hezbollah is a parliamentary party with a large social infrastructure and a preponderant influence among Shiites, it is classified as a terrorist organisation by the US. Hassan Nasrallah is, without a doubt, un « homme à abattre », a man on the killing list.

The interview is meant for TV and is a part of a TV documentary on Hezbollah. We are told that the meeting will take place in the afternoon and that someone will meet us at a restaurant and drive us to the meeting venue without any other precision as to the time of the meeting. A first car drives us into a garage where we are transferred into a second car with blackened windows: we cannot identify the trajectory. We will be transferred five times from one car to another before we reach our destination: an improvised studio with two flags, the Lebanese and Hezbollah's.

Despite all these precautions, the man who comes to meet us does not appear anxious. He speaks slowly, smile often and tries to convince without ever raising the tone of the conversation. The interview lasts 2 hours. Here are some themes tackled in the interview. There are no transcripts yet of the recordings and the quotes are taken from personal notes. Questions are in Italic Bold.

The internal situation in Lebanon.
The risks for a renewal of the civil war exist, however Hezbollah will do everything in its power to avoid it. The majority of the Lebanese people, who have already experienced a civil war, do not want another one. Our objective for Lebanon is not an Islamic republic for to be implemented the Islamic republic will require the consent of the majority of the population. That is not the case in Lebanon: not only the Christian minority refuse to live in an Islamic republic but even Lebanese Muslims are not convinced by such a project. We want a Lebanon whose destiny is not decided by one religion but by all its religious communities. It is for this same reason that we asked for a national unity government. The Imam Moussa Sadr was the first to advocate an end to sectarianism in Lebanon; but we have to take into account the realities and fears of Lebanese, those among Christians who are afraid from becoming marginalised.

Why doesn't Hezbollah give its weapons in a sign of good will destined to the other communities?
Our weapons are not directed at other communities in Lebanon neither are they for at internal combat operations. They were never used as such. Our weapons are destined to Israel and the resistance against the external enemy, Israel and Israeli aggression and occupation.

The velayat e-faqih [1] and relations with Iran. Is there a contradiction between the fidelity to the religious principle of velayat e-faqih and the fact that Hezbollah is a national Lebanese political party ?
No. On one hand, all what we do we do it to serve our country Lebanon. We even make use of our relations with Iran in the service of our country, never the contrary. We define our Politic and our strategy according to our priorities. On the other hand, the velayat e-faqih is an allegiance to a man and not a country. The Velayat e-faqih is actually Iranian, before he was Iraqi, and in the future he will probably be Lebanese. Iran is a state and it designs its strategy and obligations accordingly. These strategy and obligations are not ours. For example, Iran has diplomatic relations with Lybia but we don't. We are hostiles to such relations as long as Lybia does not explain the disappearance of Imam Moussa Sadr (Sadr is the founding Shi'ite Imam of the political movement 'Al-Mahroumin', the dispossessed, the precursor movement to present Shi'ite political parties, Amal and Hezbollah. He disappeared in Lybia in suspicious circumstances in 1978 and his disappearance has not been explained by Lybian authorities). We also differed with Iraq's Sh'ia on the decision to execute Saddam Hussein. We had concerns about the timing and the conditions in which the execution was carried. In Iran, there were different opinions on this matter also.

On Israel and Palestine.
The creation of Israel is the result of a denial; denying the Palestinians their right on their land. Time will do nothing to this fact and Palestinian rights must be respected. The two state solution is not possible, it is not realistic. The best solution is a one state solution. One democratic state on the entire territory of Palestine in which Jews, Muslims and Christians can live and coexist. The name of such a state is not important, it can be agreed upon by all parties.

What will happen if the Palestinian national unity government signs a peace agreement with Israel?
We supported the Mecca agreement signed by Hamas and Fatah. The Palestinian problem should be left to Palestinians themselves to decide and we should not impose upon them a solution (as we should not impose upon Lebanese a solution they don't agree with). Our first responsibility goes for Lebanon and its occupied territory, not Palestine.

If a global peace agreement is signed between Israel and Arab countries, will Hezbollah recognize Israel ?
There are too many ifs. We will define our position in due time according to the regional and international contexts.

Al-Qaida.
Our disagreements with this movement are numerous and they concern Religion and Politics. This movement the non participation of Islamic movements i n national elections while we in Lebanon and Hamas in Palestine, as well as the Muslim brothers in Egypt, are engaged in the political electoral process. Moreover, Al-Qaida denounces Muslims who depart from Al-Qaida's political and religious agenda and does not refrain from killing them. That is not our conception of Religion and Politics. Some tried to suggest the existence of links between our movement and Al-Qaida but nobody has been able to substantiate this claim with the slightest proof. We will never engage if fight against them as we do not intend to fight anybody who does not attack us (Nasrallah is sending a message here to Sunni Muslim extremists in Lebanon linked to Al-Qaida whose presence was revealed by the article of Seymour Hersh, the redirection, and who seem to infiltrate Lebanon with the blessings of the US and its allies, the Sanyura government and Saudi Arabia).

Risk of war.
If there is a war on Lebanon, the situation will be totally different from what was before the July war when Israel attacked Lebanon. We have vacated the border positions between Israel and Lebanon and they are now occupied by the Lebanese army. If Israel were to attack again, the role of the army will be to defend the Lebanese territory. We are present in the south because we live in the cities and villages of the south. Our combatants come from these cities and villages, they can fight in the next war. The UNIFIL will be in a very difficult position: either it will be a spectator of the war or it will help repel the aggression. It can also retreat. None of these solutions is satisfactory. Some are surprised and concerned that we are renewing our weapons arsenal but they do not react the same way to the fact that Israel is seeking weapons from the US and is preparing for war through maneuvers and intensive training



Read here my post: Hassan Nasrallah, the New Face of Moderation in Lebanon and the Middle East



Notes
[1] The principle of velayat e-faqih, or the government of the doctrine, is to assign an important power to the guide of the community of the faithfuls in the Shi'ite religion. Since the creation of the Islamic republic of Iran, this position was attributed to ayatollah Khomeini and is now filled by Ali Khamenei. This principle is disputed by many Shi'ite clerics. It is accepted by Hezbollah while rejected by ayatollah Mohammad Fadlallah, one of the highest ranking Shi'a clerics in Lebanon. Fadlallah is considered also as someone who is close to Hezbollah.


Read how Haaretz reports on Hezbollah's public declarations about its weapons arsenal. It seems that Hezbollah is doing this just to offset Israel.

6 comments:

Amre El-Abyad said...

Both secularism and desectarisation of Politics in Lebanon, Syria and Iraq are matters of vital necessity. Otherwise,there will always be a room for U.S-Israel to have the old Roman rule of divide and conquer played out in this oil doomed region!

Ann said...

Interesting interview, grateful for the translation. I will also read the September article you linked to with interest. Its refreshing to read a fair treatment of Nasrallah sans ideological blinkers of the neocon kind!

Sophia said...

Ann,
Not all Islamist political movements are extremists as defined by the Neocons and the west in general. I believe that Nasrallah is a moderate and what makes him a moderate is the Lebanese context and his two victories on Israel (something I have argued in my september article), the same context that makes others submissive and extremists at the same time (like Lebanese forces, Jumblatt and most of the Arab world). It all depends on how a leader perceives the role of his movement. If it is for his sole interest or for the interest of the population he defends.

Ann said...

Indeed. Serious interviews and articles are few and far between in the Anglophone press. The NYT managed a profile of Nasrallah last August (also here Good point about the simultaneous submissive/ extremist characterisation.

Sophia said...

Ann
Thanks for the links. I am always angered at the reading of the NYT,. First they have this bad habit of askig warlord walid Jumblatt jis opinions on all Lebanese matters. Second Hassan Fattah contributed tio the report and Fattah is biased. And there is this distortion:
''Analysts say Sheik Nasrallah’s genius was to train hundreds of grass-roots fighters — school teachers and butchers and truck drivers — then to use religion to inspire them to fight until death, with a guaranteed spot in heaven.''

In fact, many fighters last summer in lebanon were not inspired at all by God or religion they were leftists and Lebanese communists. There is no religious rallying point among Hezbollah fighters. This is said of course by the NYT to make the foirst and only organised resistance to Israel appear as an Islamist organisation like others...

Also, I think the Palestinian cause suffered from a lack opf credibility and Nasrallah's success is, not only in his two victories against israel, but in the main line of his resistance: honesty, unity and conciliation.

There is a very powerful portrait of Nasrallah by himself published by Alain Gresh on his blog. It was one of the first posts to appear on his blog 'Nasrallah by himself' or Nasrallah par lui-même. I was impressed and I may translate it when I have time. It is a humble factual portrait of the most popular leader in the Arab world.

Published by the Iranian weekly Ya lESARAT EL-hOSEYN, AUGUST, 2, 2006

« Mon père était marchand de fruits et légumes et mes frères l’aidaient. Quand sa situation matérielle s’est améliorée, il a ouvert une petite épicerie dans le quartier et j’allais l’aider. Nous avions une photo de l’imam Moussa Al-Sadr sur les murs. Je m’asseyais dans la boutique et je la regardais, je rêvais de devenir comme lui.

Nous n’avions pas de mosquée dans notre quartier qui s’appelait Kortina, alors, pour la prière, j’allais dans les mosquées de San Al-Fil, Borj Jamoud ou Nob’eh. Je lisais là-bas tous les imprimés et spécialement les livres islamiques. Tous ceux que je ne comprenais pas, je les mettais de côté pour les lire quand je serais plus vieux.

Je suis allé à l’école primaire dans le quartier d’Al-Najah et je fus parmi les derniers à avoir mon certificat. Puis je suis allé poursuivre mes études à l’école publique de San Al-Fil, mais la guerre civile a éclaté en 1975. J’ai alors quitté Kortina et je suis retourné, avec ma famille, dans mon village natal, Bazouyeh. J’ai fini mon éducation secondaire dans une école étatique de la ville de Tyr.

Alors que nous vivions dans le quartier de Kortina, ni moi ni aucun membre de ma famille n’étions membres d’un parti politique. De nombreux partis, dont certains étaient palestiniens, étaient alors actifs dans le secteur. Mais quand nous sommes retournés à Bazouyeh, j’ai rejoint le parti Amal, car j’admirais profondément l’imam Moussa Al-Sadr. J’avais quinze ans à l’époque et Amal était connu sous le nom du mouvement des déshérités. Je me suis désintéressé de ce qui se passait dans le village de Bazouyeh parce que celui-ci était devenu le champ d’activité d’intellectuels, de marxistes, et notamment de sympathisants du Parti communiste. Mon frère sayyed [titre donné aux personnes descendant du Prophète] Hussein et moi sommes devenus membres du parti Amal, et malgré mon jeune âge je suis vite devenu le représentant de notre village.

Dans les mois qui ont suivi, j’ai pris la ferme décision d’aller au sanctuaire de Nadjaf en Irak. J’avais alors juste seize ans et beaucoup d’obstacles existaient. Mais, comme je comptais sur Dieu, un jour, dans la mosquée de Tyr, j’ai rencontré un religieux, sayyed Mohammad Gharavi, qui travaillait comme enseignant au nom de l’imam Sadr. Dès qu’il a su que je voulais me rendre à Nadjaf pour étudier, il a écrit une lettre et me l’a donnée. Il était un ami proche du grand ayatollah sayyed Mohammad Baqr Al-Sadr. Cette lettre me recommandait pour entrer dans son école.

Avec l’aide d’amis et de mon père, et en vendant certains de mes effets, j’ai rassemblé un peu d’argent et me suis envolé pour Bagdad, d’où j’ai pris un bus pour Nadjaf. Il ne me restait plus d’argent. Mais il y a plus que quelques étrangers et gens solitaires à Nadjaf. Plus important, bien sûr, est le fait que les étudiants doivent apprendre à vivre une vie respectable avec les mains vides. Je mangeais du pain, buvais de l’eau et mon lit était un matelas d’éponge rectangulaire. Dès que je suis arrivé, j’ai demandé aux autres étudiants libanais comment je pouvais transmettre ma lettre de recommandation à l’ayatollah Al-Sadr, qui était considéré comme le pilier du séminaire religieux. Ils m’ont dit que le sayyed Abbas Moussaoui pouvait faire cela pour moi.

Quand j’ai rencontré sayyed Abbas Moussaoui, à cause de la couleur sombre de sa peau, j’ai cru qu’il était irakien. Je lui ai donc parlé en arabe classique, mais il m’a répondu : “ Je suis aussi libanais et je viens de la région de Nabi Sheys.” C’est comme cela que nous avons fait connaissance et que nous sommes devenus amis. Moussaoui était un ami, un frère, un mentor, et un compagnon pour moi. Nous avons été séparés quand les Israéliens ont tiré un missile à partir d’un hélicoptère sur sa voiture et l’ont tué avec sa femme et son jeune enfant. Cela s’est passé seize ans après le doux début de notre amitié à Nadjaf [Sayyed Moussaoui a été assassiné en 1992 par les Israéliens ; c’est Nasrallah qui lui a succédé à la tête du Hezbollah].

Après voir lu la lettre de recommandation et m’avoir accepté, l’ayatollah Al-Sadr m’a demandé : “ Avez-vous de l’argent ?” “ Pas un sou”, ai-je répondu. L’ayatollah s’est tourné vers Moussaoui : “ D’abord, trouve-lui une chambre, sois son tuteur et prends soin de lui.” Il m’a donné un peu d’argent pour m’acheter des habits et des livres, ainsi que de quoi subvenir à mes besoins pour un mois. Moussaoui m’a trouvé une chambre au séminaire près de sa propre maison.

A cette époque, sayyed Abbas Moussaoui venait juste de se marier et les couples étaient autorisés à avoir une maison à part. Mais les célibataires avaient des chambres et y vivaient parfois à deux ou trois. Nous recevions aussi une petite bourse de cinq dinars par mois.

Sayyed Abbas Moussaoui, qui avait déjà passé les cours préliminaires et était déjà au stade suivant, avait de nombreux élèves. J’étais l’un d’entre eux. Il était très strict et sérieux. Grâce à ses cours intensifs, nous avons été capables de terminer un cursus de cinq ans en seulement deux ans. Nous étudiions tout le temps, même pendant les vacances — y compris le mois de Ramadan et la saison du pèlerinage —, sans reprendre notre souffle. Même les jeudis et vendredis, qui étaient des vacances de fin de semaine dans les séminaires religieux.

En 1982, j’ai passé le premier degré. La même année, le régime baassiste irakien a commencé à faire pression sur les étudiants kurdes, en déportant nombre d’entre eux dans leur pays d’origine. Des étudiants de diverses nationalités ont ainsi été forcés de partir sans avoir terminé leurs études. Pis, les autorités ont dénoncé les étudiants libanais comme des agents du mouvement Amal. Parfois, elles nous dénonçaient comme ayant des relations avec le parti Daawa [Parti d’opposition chiite irakien engagé dans une lutte violente contre le pouvoir baassiste] ou avec le Baas syrien [Les Baas irakien et syrien étaient engagés dans une violente lutte fratricide]. Finalement, les autorités nous ont accusés, quelles qu’aient pu être nos opinions, d’avoir été envoyés par les services secrets syriens. En 1987, tous les étudiants et enseignants libanais, comme ceux des autres pays, ont été expulsés d’Irak, certains après avoir passé plusieurs mois en prison.

C’est à cette époque que les forces de sécurité de Saddam ont pris d’assaut les séminaires religieux. Sayyed Moussaoui était au Liban ce jour-là, mais sa famille était à Nadjaf. Ses étudiants l’ont prévenu de ne pas retourner en Irak parce qu’il était recherché ; peu de temps après, ils ont été expulsés. J’ai eu de la chance cette fois, parce que je n’étais pas là au moment du raid. Dès que j’ai appris la nouvelle, j’ai quitté Nadjaf. Comme l’ordre de mon arrestation se limitait à la région de Nadjaf, je n’ai pas eu de problème pour passer la frontière. J’ai pu facilement quitter l’Irak et rejoindre le Liban.

Moussaoui, avec d’autres conférenciers, fonda une école religieuse à Baalbek, qui continue de fonctionner aujourd’hui. J’ai poursuivi mes études et ma collaboration avec le mouvement Amal. En 1987, Amal me désigna comme son représentant politique dans la région de la Beka. Et c’est ainsi que je suis devenu un membre politique de l’appareil central. C’est aussi cette année que j’ai terminé le second niveau du séminaire.

En juin 1982, les Israéliens commencèrent leur invasion du Liban. Quand ils prirent Beyrouth, un front appelé le Front du salut national fut créé, et Nabih Berri souhaitait le rejoindre, mais certains au sein d’Amal s’y opposaient. A partir de là, les différences se sont aggravées au sein du mouvement, et un groupe s’est séparé du mouvement. Cela était prévisible, car des différences d’opinions existaient depuis déjà longtemps concernant les enseignements de l’imam Moussa Sadr [Celui-ci a « disparu » lors d’un voyage en Libye en 1978, probablement éliminé par les services secrets libyens]. Les forces religieuses réalisaient qu’Amal s’égarait. Elles remarquèrent que le Front de salut prévoyait de faire de Bachir Gemayel le président du Liban, une décision que l’aile “religieuse” d’Amal ne pouvait accepter. Les forces religieuses croyaient que le dirigeant des groupes paramilitaires phalangistes était prêt à s’entendre avec les Israéliens. De leur point de vue, arriver à un accord avec Gemayel, lui parler, lui serrer la main, était contraire aux intérêts du Front.

Ceux qui ont quitté Amal ont formé une coalition avec d’autres groupes pour créer le Hezbollah. Mon frère, lui, n’a pas quitté Amal, et il en est toujours membre. Durant une courte période, il a représenté le mouvement dans la région de Shiyah, avant de démissionner pour des raisons de santé. J’étais le garçon le plus âgé d’une famille de onze personnes. J’ai neuf frères et sœurs. Je suis l’aîné et viennent ensuite dans l’ordre Hussein, puis Zeynab, puis Fatima, qui vit toujours à la maison. Il y a aussi Mohammed qui est un homme d’affaires, Jaafar, qui est employé, puis Zakiyeh, Ameneh et Saad, qui sont tous mariés.

Toutes mes sœurs sont des membres actives du Hezbollah. Quant à mes frères, ils ont tous appartenu d’abord au mouvement Amal, mais tous l’ont quitté sauf Hussein. Mohammed ne s’intéresse pas à la politique. Quant à Jaafar, il s’interroge et nous discutons souvent ensemble.

Le Hezbollah gagne et change pour le mieux. Son but est d’avancer dans la bonne direction, en accord avec les nécessités de l’époque et de ses principes chiites. Il est faux de croire que quelqu’un, quel que soit son statut, puisse accumuler seul le savoir intellectuel, religieux, théologique et politique. Les membres du Hezbollah croient que la personnalité la plus grande, la plus digne, la plus incontestable est l’imam Khomeiny. Après sa disparition, l’imam Khamenei méritait sa succession. A notre avis, les vues et pensées précédentes sont toujours valables [phrase peu claire].

Quand le Hezbollah a été créé, j’avais 22 ans et j’étais membre des forces de résistance Basij. Plus tard, je suis devenu le directeur du parti pour la région de Baalbek, puis pour toute la région de la Bekaa. Puis j’ai été nommé assistant et adjoint de sayyed Ibrahim Ayman Al-Sayyed, dirigeant du parti à Beyrouth. Peu de temps après, le parti a décidé de séparer ses activités politiques de ses activités opérationnelles et organisationnelles. Sayyed Ibrahim est devenu le dirigeant de la branche politique et je lui ai succédé à la tête de la région de Beyrouth. Puis le poste de directeur général exécutif a été créé pour mettre en œuvre les décisions du Conseil consultatif, et j’ai été désigné à ce poste.

Malgré toutes ces responsabilités, qui prenaient tout mon temps, j’ai décidé de continuer mes études. Après l’invasion israélienne, j’ai dû abandonner ; mais sept ans plus tard, en 1989, la situation m’a permis de reprendre ces études. Avec l’accord du parti, je suis allé à Qom pour les terminer. Bien sûr, les fabricants de rumeurs n’ont pas arrêté de travailler et ont prétendu que j’avais quitté le Liban à la suite d’un différend au sein du Hezbollah.

Après l’escalade de nos différences avec Amal et l’éclatement de combats dans la région de la Bekaa, j’ai jugé de mon devoir de rentrer au Liban. C’était aussi le désir du parti. Une fois de plus, je n’ai donc pas pu continuer mes études, et aujourd’hui mon plus grand souhait est que mes frères allègent mes responsabilités et me déchargent du poste de secrétaire général pour que je puisse retourner au séminaire et les terminer.

Après l’assassinat d’Abbas Moussaoui par les Israéliens en 1992, on m’a désigné comme dirigeant du Hezbollah et je suis devenu secrétaire général. Avant cela, et durant mon séjour à Qom, le parti a confié mes responsabilités exécutives au haut conseil du parti à mon aide cheikh Na’im Qasem. Et quand je suis revenu, j’ai simplement servi comme membre de la direction sans responsabilité particulière. Mais quand sayyed Abbas Moussaoui a été choisi comme secrétaire général, il a nommé Na’im Qasem comme son adjoint, et j’ai récupéré mes anciennes fonctions.

Le jour où j’ai été choisi par le Conseil consultatif, j’avais très peur et j’étais anxieux, parce que j’étais très jeune. Jusque-là je n’avais exercé que des responsabilités internes au parti et je n’avais pas d’expérience des affaires extérieures. Mais le conseil a insisté et, malgré mon refus initial, j’ai finalement accepté.

En 1978, j’ai épousé Fatima Yassin du quartier de Abbasiyeh (Tyr). En plus de mon fils Hadi qui est tombé en martyr [il est mort en 1997 dans une opération dans le sud Liban contre les troupes israéliennes], j’ai trois autres enfants : Mohamed Jawad, Zeynab et Mohammed Ali. Quand je mets les pieds chez moi, j’oublie tout mon travail et mes problèmes à la porte pour devenir un mari et un père attentifs. J’essaie de donner de l’importance à ma vie et à ma foi. Je lis beaucoup, en particulier les livres sur les politiciens. J’ai lu la biographie de Sharon et je vais lire Netany : un lieu sous le soleil [ ??].

A mon avis, le Hezbollah ne signifie pas seulement résistance. Aujourd’hui le Hezbollah est une doctrine politique et une idéologie fondées sur l’islam. Pour nous, l’islam n’est pas seulement une religion qui se limite au culte et à l’observation des règles religieuses. L’islam est un devoir divin spécial pour toute l’humanité et une réponse à toutes les questions générales et particulières de l’humanité. L’islam est une religion pour toute société qui veut se révolutionner et établir un gouvernement. L’islam est la religion sur laquelle on peut établir un gouvernement en fonction de ses principes.

Je ne nie pas que le Hezbollah veuille établir un jour une république islamique, parce que le Hezbollah croit que l’établissement d’un tel gouvernement est la seule voie pour apporter la stabilité et pour régler les différences sociales, y compris dans une société où il existe de nombreuses minorités. Mais établir une telle société par la force est impossible. Même un référendum qui aboutirait à une majorité de 51 % des voix ne serait pas une solution ; ce qu’il faut, c’est un référendum avec une majorité de 90 %. Dans ce contexte, on ne peut établir une république islamique au Liban en notre temps.

La mort n’est rien d’autre qu’une porte entre deux mondes. Certains passent à travers cette porte avec difficulté et souffrance, d’autres le font facilement et empressement. Le martyr est la meilleure voie pour passer dans le monde éternel, parce que le martyr est l’un des plus glorieux de Dieu tout-puissant. Quand le martyr meurt (se déplace d’un endroit à l’autre), c’est comme une personne qui va au paradis avec des cadeaux spéciaux. C’est pour cela que le martyr est si important pour les musulmans. Même dans les nations qui ne croient pas en Dieu, quand les gens donnent leur vie pour leur patrie, pour leur pays, pour un but dans lequel ils croient, c’est digne d’éloge et d’admiration. En tant que père qui a perdu un fils, je n’ai pas d’inquiétudes : je sais que mon fils est au paradis avec Dieu tout puissant.

Avant son martyr, la photo de Hadi était seulement dans notre maison. Aujourd’hui, on la trouve partout, dans chaque maison. Il est vrai que moi et ma famille avons perdu notre cher et aimé fils, mais nous sommes confiants dans le fait que nous le retrouverons bientôt dans la vie éternelle.

Quant au charisme que les gens m’attribuent, ce n’est pas quelque chose dont je peux parler. C’est quelque chose dont les gens parlent, mais le charisme signifie l’influence que quelqu’un a sur les autres. C’est, en réalité, une bénédiction divine, que l’on peut renforcer avec le savoir et l’expérience, bien que le savoir, la compétence et l’expérience ne suffisent pas à l’acquérir. Le charisme nécessite la bénédiction divine et son attention. »

Ann said...

Agreed, appreciate your critique of the article and the crucial qualifications. The politics of naming and characterisation certainly matter. That passage epitomises the attempt to delegitimise the movement and falsely portray (reduce) it to simply an Islamist one, rather than a successful and highly organised resistance against Israel's belligerency. Thanks for the additional info and appreciate the mirroring of this comment on my blog. Do let me know if you get around to translating the article you mentioned, I'd be interested in reading it.

 
Since March 29th 2006